Providence : une providence divine

All Photographs by Isabelle Rozenbaum

La ville de Providence, dans l’État de Rhode Island, est l’une des Treize colonies originelles de États-Unis. Bâtie au cours du dix-septième siècle, nous pouvons cependant affirmer que sa véritable naissance a eu lieu au début du vingtième siècle quand H. P. Lovecraft – l’un des plus grands écrivains du pays – la révéla au monde entier à travers ses œuvres, dont on commence seulement à comprendre aujourd’hui leur signification véritable et leur puissance grandiose.

Mais revenons à la ville de Providence. Son nom invite à penser qu’elle fut fondée sous les bons auspices de ces « Grands Anciens » qui hantent tant l’œuvre de Lovecraft. Qui étaient-ils ? Certainement les dieux de toutes ces « villes de rêve », c’est-à-dire de ces villes qui ont de l’esprit et de l’âme et où, simplement, on se sent heureux. Si Providence n’est pas encore le Paradis, elle y ressemble fort, car on rêve de tout y vivre au point qu’on rêve même d’y vivre, comme Lovecraft, toute sa vie.

Que l’on arrive en voiture ou en bus, c’est une ville pour les promeneurs : les distances sont courtes, les axes de circulation sont pratiques et concentrés, les hôtels y sont nombreux et bien situés, les magasins variées, notamment au cœur de l’immense centre commercial « Providence Place » où il est agréable d’aller se perdre entre les étages et farnienter autour d’un bon café tout en admirant le point de vue époustouflant, à travers la baie vitrée gigantesque, sur la « vieille » ville.

Voici quelques lieux incontournables pour se souvenir de Providence toute sa vie ! :

– La pâtisserie Ellie, admirable endroit où prendre son petit déjeuner mais aussi son déjeuner, sans parler des douceurs sucrées, comme de délicieux « boochon » au chocolat noir.

Lovecraft Arts & Sciences : une librairie et un grenier lovecraftien à trésors. Tout y est… livres, objets, affiches, souvenirs, pièces de collections, goodies. C’est émouvant et excitant car on se dit qu’il survit quelque chose de l’auteur lui-même… En plus, c’est ici même que s’organisent tous les événements autour de l’auteur, notamment le « NECRONOMICON PROViDENCE », avec défilé, visites des lieux, lectures publiques, etc.

Symposium Books : propose un admirable fonds, avec de nombreux livres d’occasion et anciens. On peut y passer un long moment tant l’endroit est agréable, calme, et l’endroit idéal pour ressentir à quel point les livres sont pour cette ville ce qu’elle est elle-même pour la littérature : un miracle

– Enfin, pour finir la journée tout en restant dans la pure ambiance de cette ville d’images et de mots, un verre s’impose dans un des bars les plus hype de la ville : Eddy. On y boit, on peut y manger mais surtout, on y boit !

– Vous avez faim, très faim ? Un pub au rapport qualité prix absolument parfait : c’est chez Murphy. Là aussi, ambiance assurée entre les matchs qui réunissent de fervents supporters, les « crooners » qui donnent au lieu cet aspect typique et chaleureux, et les serveurs efficaces et généreux.

Providence, quand tu nous tiens… On ne t’oubliera pas !

Caroline Hoctan

Caroline Hoctan lives between the Old and New World. She has contributed to various magazines and published several books including two novels : “Le Dernier Degré de l’Attachement” (Denoël, 2004) and “Dans l’existence de cette vie-là” (Fayard, 2016). She works with the photographer and video artist Isabelle Rozenbaum. Together this dynamic-duo, have come on board WBM as a contributing Editors to share their vision of the world from their home in France to New York their new found love.

More from Caroline Hoctan

Providence : une providence divine

All Photographs by Isabelle Rozenbaum La ville de Providence, dans l’État de...
Read More